google-site-verification=yVN_MvkVhLyp_2kQ8A90mfdUyQ-iAhkr6yq-x9r_VS8
 
logo-LNC-cmjn.jpg
IMG_2936.JPG

Technologie

Smart_pro-removebg-preview.png
IMG_2936.JPG

  Lexique.

Dry Ice Blasting :

Expression américaine signifiant : Nettoyage Cryogénique.

 

NC :

Abréviation de Nettoyage Cryogénique.

 

Gazier :

En NC, le gazier récupère le CO2 industriel et le liquéfie. Les gaziers les plus connus sont Air-Liquide, Messer, Linde, Yara, etc...Ces gaziers mettent en place un réseau de partenaires chargés de produire (à partir de CO2 liquide stocké en cuves extérieures) de la glace carbonique en divers conditionnements (pellets, sticks, blocs).

 

Génie civil :

En NC, le génie civil désigne l'ensemble des opérations de conception, terrassement, maçonnerie permettant l'installation sécurisée de cuves extérieures de CO2 .

 

Sublimation :

Passage direct d'une phase solide à une phase gazeuse sans passer par la phase liquide. La sublimation du CO2 se fait à -78,5°C.

 

Échelle de dureté Mohs :

Échelle qui indique, par comparaison, la dureté des minéraux. Par exemple la glace sèche a une dureté Mohs de 1 (comme la craie). Le sable a une dureté Mohs de 6 comme le verre (c'est pour cette raison que le sablage classique est très agressif, qu'il arrache des matériaux au substrat provoquant de grandes quantités de déchets secondaires). Le diamant a une dureté Mohs de 10. En NC, 95 % de la glace sèche se sublime avant l'impact. Ce qui atteint le substrat est, à 95 %, ...du gaz ! Et les 5 % restants ont une dureté Mohs de 1. Le substrat n'est donc pas altéré.

 

Substrat :

Ce sur quoi la saleté (les salissures, les pollutions) s'est déposée.

 

Déchet secondaire :

Déchet qui résulte du traitement du déchet primaire. Un déchet primaire nettoyé à l'eau ou avec des solvants deviendra un déchet secondaire puisqu'il aura été transformé en "autre chose que le déchet primaire". En nettoyant à l'eau très haute pression par exemple, on génère des quantités considérables d'eau souillée qu'il faut stocker puis transporter puis retraiter...Alors qu'en NC, le déchet primaire est juste "soufflé"; il tombe au sol par gravité et le CO2 qui, en se sublimant, a permis ce soufflage, rejoint l'atmosphère.

 

La glace sèche.

 

CO2 :

Appelé dioxyde de carbone, le CO2 est un gaz incolore et non toxique (contrairement au monoxyde de carbone qui est très toxique pour les mammifères). Une de ses caractéristiques fondamentales est que ce gaz est inerte chimiquement. En nettoyage, l'eau agit comme solvant, provoque la corrosion et est un excellent conducteur. Pas le CO2 qui, en NC notamment, n'a aucun de ces inconvénients… D'où l'intérêt en industrie chimique, pétrolière, etc.

 

Carboglace, glace sèche  :

C'est la glace carbonique. On la dit sèche car, fraîche, elle ne contient pas d'eau ce qui est d'importance vitale pour le nettoyage d'armoires électriques.

 

Pellet :

Mot américain (littéralement pastille) signifiant, en NC, grain de CO2 . Grain de 3mm de Ø et de 5 à 10mm de long.

 

Stick :

Littéralement : bâton. Bâtonnets de glace carbonique de 10 à 16mm de Ø et de 40 à 80mm de long.

 

Bloc de CO2 :

Pavé, généralement, 25cm x 14cm x 14cm. La surface développée d'un bloc de glace sèche de 1kilo est bien moindre que celle d'un kilo de pellets. 1 kilo de pellets se réchauffera bien plus vite qu'un bloc de 1 kilo. De l'ordre de 80 %.. ! Il peut alors être intéressant de s'approvisionner en blocs de glace sèche et de les réduire en pellets au dernier moment. C'est ce que propose le reconditionneur bloc/pellets ISP100 (encore une exclusivité ICEsonic) qui peut alimenter 3 blasters en même temps…

 

Les équipements.

 

Blaster ou DIB ou Dry Ice Blaster :

Mot américain signifiant "Équipement de tir Cryogénique".

 

Pelletizer :

Mot américain signifiant "Équipement de fabrication de pellets".

 

Buse de fragmentation :

Dans la buse de fragmentation, fixée sur le pistolet de tir, une grille très solide (parfois plusieurs) va fragmenter les pellets projetés en plusieurs morceaux. Ceci permet un nettoyage plus doux.

 

Kit abrasif :

Le kit abrasif permet d'envoyer, simultanément avec les pellets, un abrasif (souvent 15 à 20%) pour augmenter l'efficacité de nettoyage. Une vanne permet généralement de régler le débit d'abrasif. Cette solution génère 50 fois moins de déchets secondaires que l'aérogommage conventionnel. Elle présente aussi l'avantage, à efficacité équivalente, de consommer beaucoup moins de glace sèche. Il est nécessaire d'utiliser une buse renforcée.

 

Les abrasifs :

Ils sont classés par granulométrie (en microns ou unités Mesh) généralement de 75µ (nettoyage fin du bois) à 1000µ (métal fortement rouillé).

*Le Garnet est un abrasif très dur qui produit peu de poussières.

*Le bicarbonate de soude permet de décaper toutes les surfaces sensibles sans les altérer. Biodégradable, il est idéal en milieu alimentaire.

*Le Corindon contient beaucoup de titane; il est très agressif.

*Les billes de verre permettent d'obtenir un état de surface spécifique.

*L'abrasif végétal est naturel et préserve les cotes. Il ne modifie pas l'état de surface.

 

La buse "360°" :

Exclusivité ICEsonic. Cette buse particulière envoie un jet très évasé, à 360°, qui permet de nettoyer une conduite, un tube...Simple et magique à la fois!

 

Air comprimé/compresseur :

En NC, l'air comprimé est le propulseur des pellets. Il doit être parfaitement sec et déshuilé. Le NC est un nettoyage parfaitement sec sauf si l'air comprimé lui, ne l'est pas…Le réseau d'air comprimé des clients a rarement les qualités requises. Utiliser un compresseur extérieur est alors nécessaire. Ce qui se loue facilement 400€/jour. SMART, et c'est vraiment impressionnant, est efficace à partir de 300l/minute ce qui lui permet de fonctionner avec quasiment tous les réseaux d'air comprimé. Il reste à adjoindre un assècheur-déshuileur comme AT160 (son prix équivaut à 10 locations de compresseur).

 

                                                                                                                              

                                                                                                                                                                         

    Les clients.

Prestation :

En NC, la prestation consiste à se déplacer sur un site pour y effectuer une opération de nettoyage.

 

Cahier des charges :

Document contractuel décrivant le besoin du client, la solution susceptible de combler ce besoin, les conditions commerciales, le calendrier, les normes en vigueur...Il doit comporter tous les éléments permettant au maître d’œuvre de juger de la taille et de la complexité du dossier et de bâtir l'offre la plus adaptée possible en termes de coût, de délai, de ressources humaines et d'assurance qualité.

 

Contrat-cadre :

En France, un contrat-cadre est un contrat par lequel les parties prévoient la conclusion de contrats ultérieurs selon certaines modalités. En NC, les entreprises ayant besoin de fréquentes prestations de nettoyage apprécient le contrat-cadre qui permet de réduire le coût de la prestation unitaire. Le prestataire apprécie le contrat-cadre qui fidélise le client et permet de mieux gérer le calendrier des prestations, de mieux planifier les approvisionnements.

 

La maintenance.

 

Gamme de maintenance préventive :

Dans le monde industriel, la "gamme de maintenance préventive" est la suite des opérations de maintenance à effectuer régulièrement, de manière préventive, pour maintenir un équipement en bon état de fonctionner. Le nettoyage y est quasiment systématique. La gamme de maintenance est intégrée au programme de GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur).

 

La maintenance curative :

C'est la maintenance de l'urgence : on répare un équipement qui a cessé de fonctionner. Le coût de la maintenance curative est estimé 4 à 5 fois plus important que celui de la maintenance préventive. 80% des problèmes d'indisponibilité proviennent de 3 causes : les desserrages, les défauts de graissage et surtout la pollution provenant de l'environnement industriel (poussière, température, corrosion…). D'où l'importance stratégique de nettoyages fréquents intégrés à la gamme de maintenance préventive.

 

Le Nettoyage Cryogénique : comment ça marche?

 

 

Un grain de CO2 solide (-78°C) envoyé à très haute vitesse sur une surface à nettoyer (+/-20°C), va instantanément passer à l'état gazeux (on dit qu'il se sublime) et multiplier son volume par 800 (puisqu'on l'a comprimé 800 fois pour le fabriquer), ce qui génère une micro-explosion de gaz froid. Après un très grand nombre de ces  sublimations, la surface se refroidit intensément; la couche de saleté se rétreint et se rigidifie, elle se craquelle. Des millions de micro-explosions de CO2 vont alors s'insinuer dans les craquelures et "souffler" littéralement la saleté de son substrat.

À de rares exceptions prés, le nettoyage cryogénique nettoie tout, en toute épaisseur, sur tout support, sans l'agresser. Plus besoin de démonter : en plasturgie, on nettoie le moule à chaud, directement sur la presse. En imprimerie, on nettoie les barres de pinces sans les sortir. En industrie, on nettoie les armoires électriques sans temps de séchage puisqu'on nettoie avec 0 molécule d'eau!

 

Le nettoyage cryogénique est la méthode idéale pour désormais penser "nettoyage préventif" : il vaut mieux nettoyer peu mais régulièrement : prévention est mère de maintenance. Toutes les entreprises devraient utiliser le nettoyage cryogénique pour résoudre leurs problèmes quotidiens de nettoyage de salissures, mais les équipements actuels de nettoyage cryogénique sont...élitistes!!!

 

 D'où SMART.

 Pas d'eau.

 Pas de solvant.

 Pas de démontage.

 Pas de temps de séchage.

 

Un équipement incroyablement efficace, pour seulement 5508,50€ (hors TVA et transport)…

 

La glace cryogénique est disponible partout.

 

 

Introduction :

La glace carbonique est "l'agent actif" du Nettoyage Cryogénique ou NC. Le NC se déploie rapidement dans pratiquement tous les secteurs industriels et de ce fait, le besoin en glace croît sans cesse. Ce marché s'est donc structuré et aujourd'hui, s'approvisionner en glace carbonique n'est plus un problème.

La glace carbonique est la forme solide du CO2. Mais la forme solide de l'eau est aussi appelée glace. La confusion s'installe et beaucoup de personnes auxquelles on parle de glace carbonique pensent à l'eau. La glace carbonique fraîche ne contient pas une molécule d'eau. On l'appelle carboglace ce qui évite les confusions.

La carboglace est obtenue par décompression de CO2 issu la plupart du temps de l'industrie. Le NC présente ainsi un bilan carbone nul (voire négatif compte tenu de l'absence de génération du CO2 nécessaire à la fabrication des solvants, leur packaging, leur transport, leur stockage, leur utilisation, le recyclage des déchets secondaires générés par un nettoyage aux solvants…).

 

Les fabricants de carboglace :

Notre étude de marché fait état d'au moins 20 fabricants "indépendants" de carboglace en France et au moins 50 centres "organisés en réseau" (Messer, Linde, Air liquide, Praxair, Sol, Yara…/…). Vous disposez donc d'au moins 70 sources d'approvisionnement et vous serez toujours à moins de 100km de votre source même si votre entreprise est établie au milieu de nulle part... Un grand nombre de ces sources peut envoyer n'importe quelle quantité de carboglace n'importe où; et la plupart vous livreront à domicile. Ces sources "livrent généralement sous 24h00 toute quantité commandée j-1 avant 13h00". Éviter le lundi. Les livraisons s'effectuent par containers de 10kilos à plus de 300kilos. Ces containers sont vendus ou loués. Ils participent à au moins 15-20% du prix final de la carboglace. Les entreprises utilisant fréquemment le NC s'équipent toujours d'une flotte de containers permettant la navette avec le fabricant de carboglace.

 

Stockage et transport-navette de la carboglace :

La carboglace se sublime dès sa fabrication. Il est difficile d'estimer son taux d'évaporation qui dépend de la pression atmosphérique locale du moment. Une carboglace de bonne qualité conservée dans un container performant peut être utilisée jusque 96h après sa réception (sauf pour le nettoyage d'armoires électriques où la carboglace ne doit pas avoir eu le temps de se charger de l'humidité de l'atmosphère).

Le container est un élément stratégique de votre chaîne d'approvisionnement. On en trouve essentiellement de 2 types :

-le container jetable en polystyrène (les mêmes que ceux des poissonneries),

-le container rotomoulé en polyéthylène. L'isolation est assurée par de la mousse de polyuréthane entre les parois de polyéthylène et un joint silicone intégré au couvercle assure l'étanchéité. Ce type de container est cher, le joint silicone vieillit rapidement ce qui génère des coûts de remplacement.

 

La meilleure solution :

LNC a choisi une troisième voie et propose des containers en polystyrène de très forte densité, développés spécialement pour le NC. Ils présentent les avantages suivants :

-polystyrène de très forte densité, donc évaporation deux fois moindre que les autres containers, donc grande robustesse des bacs et possibilité de nombreuses ré-utilisations,

-pas de joint à remplacer,

-système modulable en fonction du besoin (200-300kilos),

-ouïes de passage des fourches de transpalette sur les 4 côtés,

-meilleur rapport qualité-prix du moment (10 fois moins cher qu'un container rotomoulé)!                   

Le problème de l'air comprimé.

 

Beaucoup d'entreprises ont installé un réseau d'air comprimé il y a de nombreuses années. Ces réseaux alimentent de plus en plus d'équipements de production, au fur et à mesure des besoins. Ils ont souvent subi des modifications ou réparations qui occasionnent des "restrictions". De plus, selon l'Ademe, 1 entreprise sur 2 possède un réseau présentant plus de 40% de fuite. Ces réseaux sont inadaptés à l'utilisation régulière de gros équipements de NC (qui ont besoin de forte puissance, de débit très important).

 

C'est pour les responsables de maintenance de ces entreprises qu'ICEsonic a développé la gamme SMART d'équipements de NC se contentant de peu d'air comprimé. En technologie 1/2" (et non pas 3/4" ou 1") SMART et SMART HD sont des équipements de rêve : légers, robustes, peu bruyants, très économiques à l'achat comme à l'usage et toujours prêts.. !

 
 

Nettoyer sans rayer.

 

 

 

La dureté d'un minéral est déterminée par sa résistance à la rayure. L'échelle de MOHS permet de classer les minéraux selon leur dureté relative. Ainsi, du plus tendre (talc, craie) au plus dur (diamant) :

  • les matériaux de dureté 1 et 2 sont dits "très tendres" : l'ongle les raye,

  • les matériaux de dureté 3 et 4 sont dits "assez tendres" : une pièce de monnaie les raye,

  • les matériaux de dureté 5 et 6 sont dits "assez durs" : une pointe de canif les raye,

  • les matériaux de dureté 7, 8, 9 et 10 sont "très durs" : ils rayent le verre.

 

 

 

 

*Le sablage consiste à envoyer un abrasif à haute pression et haute vitesse sur la surface à nettoyer. Ce qui atteint le support est du sable (de dureté Mohs 7). Il est très efficace mais induit deux inconvénients majeurs : il raye la surface (destruction de la rugosité, le Ra), et génère énormément de poussières qui pénètrent partout, créant d'importantes quantités de déchets (qu'il va bien falloir retraiter, ce qui coûte très cher). L'aérogommage fonctionne sur le même principe, mais en basse pression et avec la possibilité de mieux régler la puissance de tir. Les inconvénients de l'aérogommage sont les mêmes que ceux du sablage mais à moindre niveau.

 

*Le Nettoyage Cryogénique fonctionne sur le principe de la sublimation à l'impact : 95% des pellets de carboglace se transforment en gaz au moment de l'impact (voir comment ça marche) et les 5% de pellets non sublimés n'ont que la dureté de la craie…(dureté Mohs de 1, donc 7 moins abrasif que le sable). Ce qui atteint le support est essentiellement du gaz. C'est là toute la différence! Le gaz ne raye pas et les essais effectués sur des gravures ultra-fines ou des surfaces très délicates le confirment : le Ra est strictement préservé.

 

Le NC est souverain pour :

  • le nettoyage de surfaces comme les Inox 316 ou 316L dont les Ra ne doivent pas être dégradés,

  • le nettoyage fin d'objets d'art, de véhicules très anciens,

  • le nettoyage de verre, de lentilles, de surfaces délicates etc, etc…

 

…et toujours sans eau, sans solvant, sans déchet secondaire!

   Le CO2 : ennemi et ami!

Le CO2 est tristement célèbre car il est un gaz à effet de serre.

Il rend malgré tout de grands services dans divers domaines.

 

Sous forme gazeuse :

 

Alimentaire : il donne une fraîcheur pétillante à vos boissons préférées,

                      il est utilisé comme fluide frigorigène jusqu'à -79°C,

                      il est très utilisé en traitement d'eau potable et en neutralisation d'eaux usées.

 

Sous forme solide :

 

Viniculture : il protège les vendanges de l'oxydation : sa présence supprime la fermentation causée par l'oxygène,

                     il diminue la température des moûts et préserve ainsi leurs qualités aromatiques.

 

Dératisation : la journée, les rats dorment. On met dans les terriers de la glace de CO2 (carboglace) qui se sublime.

                       Ce CO2 remplace peu à peu l'air que respirent les rats qui meurent…durant leur sommeil. Boston

                       et New-York ont déjà adopté cette solution (une femelle met au monde 100 rejetons par an…)!


 

 

Nettoyage : le Nettoyage Cryogénique est le futur du nettoyage : pas d'eau, ni de solvant ni de déchet secondaire.

                   Toutes les usines, quel que soit leur métier, sont tenues de nettoyer. C'est vital.                                                    Elles y consacrent des

                    millions de tonnes d'eau (qui, salies, vont souvent polluer les nappes d'eau) et de                                                solvants par an!

                    Le NC permettrait d'économiser ces millions de tonnes d'eau…

                    Utilisant le CO2 émis par les industries, il en débarrasse l'atmosphère!

                    Donnant une "deuxième vie" au CO2, le NC est totalement respectueux de l'environnement

                  

Bonne nouvelle : les gros émetteurs de CO2 investissent dans des unités de stockage de ce CO2 (autant de                                           moins pour l'atmosphère). Le coût de captage est déjà passé de 50-60€ la tonne à moins de 30!

 

  Nous démocratisons le Nettoyage Cryogénique.

Vous marchez avec nous?